Newsflash

En préparation, une FORMATION à la RECHERCHE CLINIQUE

Une initiation à la Recherche scientifique en 5 modules et 5 jours de formation.

Un partenariat ASSAS-AFREK-CEERRF.

L'évaluation des pratiques professionnelles


Depuis 2003 l'association a eu pour mission notamment, de promouvoir les actions d'évaluation et la validation des savoirs mis en pratique par les professionnels, de juger de la valeur du service rendu et d'améliorer l'exercice professionnel dans l'intérêt du patient. Celles-ci reposent pour une part sur la connaissance des pratiques de soin, des traitements et actes de kinésithérapie, dans une perspective d'accréditation.

La question de l'évaluation des pratiques professionnelles reste posée et mérite d'être précisée ; une minorité des professionnels est accréditée dans les procédures hospitalières, mais pas en ce qui concerne l'exercice de leur profession spécifiquement, il en va de même chez les confrères libéraux exerçant en cabinet. Bref, il n'existe, ni pour l'un ni pour l'autre, de référentiel professionnel. Si des outils d'évaluation peuvent exister, ils traitent indistinctement de deux dimensions, que l'on peut résumer abruptement par «geste professionnel» et «attitude vis à vis du patient» . Une seconde question porte sur la qualité des pratiques. L'application de protocoles et de gestes thérapeutiques est peu validée aujourd'hui (sauf les RPC de l'ANAES qui recouvrent une partie infime de l'exercice de la profession). Le professionnel est donc seul juge de son exercice, alors même qu'il recourt à la formation continue essentiellement dans un but de perfectionnement technique, sur des modes opératoires dont la justification est souvent peu convaincante.
L'AFREK propose une réflexion sur la construction du métier et la mise en place d'un groupe de travail «compétences» pour développer la recherche sur les compétences en kinésithérapie, faire un état des lieux des sources documentaires existantes et constituer une ressource concernant les référentiels de compétences de masso-kinésithérapie afin de m ieux formaliser les compétences mobilisées par les professionnels en situation réelle de travail et la diversité des situations gérées pour une meilleure qualité du service rendu.

Il est important d'enrichir les définitions des compétences des masseurs-kinésithérapeutes et faire reconnaître la complexité du métier pour inscrire dans le mouvement actuel de réflexion (Rapport Matillon, Berland, etc.) la présence de la masso-kinésithérapie.

A ce titre, l'AFREK a initié avec le Conservatoire National des Arts et Métiers, pour la première fois une recherche exploratoire sur l'analyse d'activité des masseurs kinésithérapeutes libéraux.

L'objectif est, en anticipation d'une éventuelle saisine de l'ANAES, de conduire une démarche permettant de définir en termes simples et opératoires les activités, connaissances et aptitudes que doit détenir un masseur kinésithérapeute dans l'exercice de ses fonctions.

Sur la demande de la direction de l'AFREK, une équipe d'intervenants extérieurs, consultants et chercheurs de l'Université de Paris 13 a été sollicitée avec la participation d'une professionnelle désignée par l'AFREK, exerçant le métier et l'enseignant. La question posée par l'AFREK porte sur l'identification des compétences et des dominantes savoirs/savoir-faire, propres à l'exercice professionnel libéral. Cette investigation pourra ultérieurement et, dans un autre cadre, constituer une base d'évaluation et de validation des savoirs mis en pratique par les professionnels.

La thématique générale de l'étude se décompose donc en deux niveaux, une analyse des pratiques professionnelles conduisant à l'élaboration d'un référentiel de métier décrivant les actions, conditions d'exercice et connaissances associées les plus fréquemment utilisées, une analyse de l'activité relative aux situations les plus courantes, mais à propos desquelles la formulation des compétences mérite un travail complémentaire.
Pour ce faire un groupe de pilotage est chargé de suivre et apprécier l'avancement du projet. Trois options sont proposées :
1. la production d'un référentiel des compétences de masso-kinésithérapie. c'est à dire ce qui fait consensus chez les professionnels, et qui peut être formalisé pour un usage d'accréditation,
2. la description et l'analyse des situations qui permettent le développement des compétences,
3. la saisie des compétences mobilisées dans les situations réelles de travail.

La méthode mixe analyse d'activité à partir de traces filmées et confrontations croisées entre professionnels à propos de l'activité.

A l'initiative du Conservatoire National des arts et métiers a été créée en 2001 une Maison de la Recherche sur les Pratiques professionnelles (MRPP). Elle a pour objet de promouvoir les recherches portant sur les activités professionnelles en privilégiant l'approche de questions transférables à plusieurs champs professionnels. Les conditions de l'activité de soin font aujourd'hui l'objet de nouvelles interrogations. D'un discours centré sur le savoir expert et sur la pathologie, on passe aujourd'hui à un discours centré sur le patient s'ouvrant sur la possibilité de concevoir l'action de soin comme une co-production.

Ceci s'observe aussi bien dans les discours de prescription que dans les nouveaux dispositifs engagés. Ce mouvement n'est pas sans paradoxe : désenchantement hospitalier, apparitions de nouvelles dépendances, tensions entre situations aiguës et chroniques, mise en cause des référents professionnels alors même que le soin a toujours supposé l'intervention de différents acteurs et notamment de la personne soignée. Là aussi, l'AFREK est présente pour provoquer une réflexion sur les formes et enjeux de la co-production de soin comme modèle de l'organisation de l'activité et comme outil théorique d'intelligence des pratiques.